Méthode

Actuellement, pour l'agriculture Belge et européenne, les charges de mécanisation sont une composante majeure du prix de revient des productions agricoles . L'amélioration de la compétitivité de l'agriculture belge nécessite une rationalisation des coûts d'exploitation et impose donc une extrême rigueur lors du choix de matériels agricoles.

Si ce dernier repose sur des critères techniques, une analyse de la rentabilité de l'investissement doit impérativement être menée . Pour cette raison, le Centre wallon de recherches agronomiques - Département Génie rural - publie depuis de nombreuses années l'« Indicateur des performances et des coûts des machines agricoles ». Ce manuel de référence présente le prix de revient de divers matériels agricoles courants selon l'intensité de leur utilisation.

L'évolution technologique et la modification des paramètres économiques (prix de l'acier, du combustible, …) imposent des mises à jour de plus en plus fréquentes des données de base. Aujourd'hui, ce service vous est donc accessible en ligne via Internet .

Ce service en ligne permet d'évaluer le coût moyen d'utilisation d'un matériel préalablement à son acquisition et, ainsi de juger de sa rentabilité. Il ne s'agit en aucun cas d'un logiciel comptable.

Le coût d'utilisation se compose :

  1. Des coûts fixes : l'amortissement de la machine, l'intérêt du capital et les taxes/assurances ;
  2. Des coûts variables : les frais d'entretien, les frais de réparation et la consommation.

A ces composantes, peut être ajouté le coût de la main d'œuvre.

Les paramètres proposés par défaut à l'utilisateur sont basés sur des données récoltées auprès de professionnels et agriculteurs pour le marché belge. Ce sont donc des valeurs moyennes valables pour l'achat de matériel neuf . Il est cependant possible à l'utilisateur de les modifier afin d'adapter le calcul a sa situation.


Coûts fixes

L'amortissement exprime la dépréciation de la machine au cours du temps. L'amortissement économique est le montant qu'il est nécessaire d'économiser pour reconstituer le capital investi au terme de la vie technique du matériel. L'amortissement calculé ici est linéaire et prend en compte la valeur d'achat et de revente de la machine, le taux d'actualisation et la durée d'amortissement qui dépend de l'utilisation annuelle de la machine.

» La valeur d'achat (hors taxes et remises). Le prix d'achat proposé est une moyenne des prix pratiqués sur le marché chez les différents fournisseurs. La valeur d'achat peut cependant être modifiée par l'utilisateur afin, par exemple, de tenir compte de conditions plus ou moins avantageuses.

» Le taux d'actualisation combine deux effets : la diminution de valeur de l'argent et le progrès technique qui entraîne la dépréciation des machines. Ce taux permet d'actualiser la valeur de revente en fonction de la durée d'amortissement et la hausse des éléments nécessaires pour l'entretien.

» La valeur de revente. Elle est très variable d'une machine à l'autre, certaines marques ou machines sont plus recherchées que d'autre et cela varie également en fonction de l'état des machines. La valeur de revente utilisée est un pourcentage du prix d'achat actualisé, elle se situe généralement entre 10 et 20% de celui-ci. En fonction de la machine choisie, le pourcentage du prix d'achat utilisé pour la valeur de revente est indiqué (basé sur des enquêtes et l'analyse du marché de l'occasion).

» La durée d'amortissement. Elle est calculée à partir de l'utilisation annuelle de la machine, de la durée de vie technique et de la durée de désuétude. Elle sera supérieure à la durée de l'amortissement financier appliqué par l'utilisateur.

» La charge annuelle de l'intérêt. Elle représente le manque à gagner si l'achat se fait sur fonds propres qui ne pourront alors pas être placés ou les intérêts réellement payés à la banque si l'achat se fait sur emprunt. Le taux d'intérêt est basé sur les taux bancaires actuels légaux.

» Les taxes et assurances. Pour les charges d'assurance, l'assurance incendie et la responsabilité civile sont prises en compte. Les valeurs indiquées par défaut sont basées sur des enquêtes auprès d'organismes assureurs.


Coûts variables

Les coûts liés à la consommation (tracteur et automotrices) .

La consommation est obtenue en multipliant la puissance du moteur par son taux d'utilisation et par sa consommation spécifique corrigée en fonction de ce taux d'utilisation. Le taux d'utilisation de la puissance du moteur, dans le cas, d'un tracteur seul, est une valeur moyenne pour l'ensemble de l'utilisation du tracteur durant l'année. Pour un chantier, le taux d'utilisation de la puissance moteur est adapté en fonction de la machine utilisée. La consommation en litre/h est ainsi obtenue.

Enfin la charge liée à la consommation est calculée en intégrant le prix du carburant.

Les coûts d'entretien . Ce poste comprend l'ensemble des frais prévisibles à faire sur la machine. Ils sont calculés sur base des entretiens usuels, recommandés par les fabricants ainsi que par les frais d'entretiens réels observés par les utilisateurs. Ils représentent un pourcentage du prix d'achat actualisé. Les coûts d'entretiens sont actualisés.

Les coûts de réparation . Ce poste comprend l'ensemble des frais imprévisibles à faire sur la machine. Ils sont calculés sur base des enquêtes réalisées auprès des utilisateurs et ils représentent un pourcentage du prix d'achat actualisé. Les coûts de réparation sont actualisés.


Coût d'utilisation total

Finalement le coût d'utilisation prévisionnel annuel pour une machine reprend l'ensemble des coûts fixes et variables. Pour obtenir le coût par unité (heure, hectare, charge, …), la même somme est divisée par l'utilisation annuelle de la machine exprimé dans cette unité.

Pour obtenir le coût total du chantier composé d'un tracteur et d'une ou deux machines, il faut ajouter au coût d'utilisation du tracteur converti en €/unité, le(s) coût(s) d'utilisation de la (des) machine(s) en €/unité ainsi qu'éventuellement le coût de la main d'œuvre converti en €/unité pour la conduite.

En un coup d'œil il est possible de connaître les coûts prévisionnels d'utilisation de cette moissonneuse batteuse 330 CV avec 6 secoueurs mais également de voir comment ceux-ci se répartissent.

 

La possibilité d'effectuer le calcul pour un chantier complet ouvre d'autres possibilités telles que la comparaison de différentes filières de récolte de fourrage ou différentes techniques de travail entre elles.

En modifiant les paramètres par défaut proposés, vous adaptez le calcul à votre situation ! Il vous est également possible d'évaluer l'impact de la modification d'un paramètre sur les coûts.

La méthode n'est pas destinée à déterminer le coût d'utilisation d'un matériel d'occasion. Pour ce genre d'exercice, nous vous conseillons de contacter directement le Département Génie rural afin de réaliser un calcul.

Les résultats fournis ne sont pas utilisables pour la comptabilité.